André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

download André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

of 97

Embed Size (px)

Transcript of André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    1/260

    AND MATNET

    LA

    tudes et echerchs

    N 5UP

    RSSS SARS D FA

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    2/260

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    3/260

    LA LINGUISTIQUEYNCHROIQUE

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    4/260

    a gématn consonan d' ans es germanues(Cpen hague, Muksgrd, 1937).

    La phonoog du mot anos Paris 1937)La protn u ança conteora Pars Drz 1945)

    Inittn 'aa Lyon I.A.C. 1947).

    Ponoo as uncta Ponets (Londre O. Univ. Press, 1949).

    Ltcs T édit. par A. M U. WB Ling. Circe oNew Yok 19S4)

    Enomie s cem  pe; i e phonoogi dcon Berne A. France 19S5).

    La scripn phonoogiu, awc appat

     parer ancorovença 'Hau-

    (ao Gve Droz, 19S6)./ u gra aris Armand 1960) unctiona Vil of (Oord Clrendon 1962)  pra 'aeman (ris Picrd 196).L ,  l léide sous l d M Paris,

    N.R.F. 1968)

    Le a sans far Pris, Presses Universitaires de France, 1968)

    a tu, gue aphab sous l d'A Paris Deê,

    6).

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    5/260

    HIP

    I»Seion irigé André MTINET

    LA

    LINGUISTIQUESYNCHRONIQUE

    Éudes e Rchehes

    NDRÉ MRTINE à

    PRESE UNIVERSTAIRE DE FRANCE8 Bouevard ait-ermai,

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    6/260

    Déôt légL " édition : 3" imestr 19653" éition mise jour: 4 timstr 1970Tous doits d taducion, d rproduction et d'ada  ptation

     résrvs  pour tus  pay

    © 6

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    7/260

    AVRTISSEMENT

    Pami les exposés qu'on ouvea ci-dessous, cspraissent pour a premièe fois. D'autres reproduisentdes publications antérieures souvent peu accessieD'autres enn s'inspirent de rédacons plus anciene sans en reprouire néesairement l teneur exacteet en innovant ur ien des points. Reprodre ntégraemet es textes déjà anciens aurait sinié u'on vsat àjlonner l'évoution d'une pensée. O, ce u'on a ou,

     c, 't faclter l'accs à des écts ot la connassa

    e ende quelques serces. Dans e condto, eadaato sons s cr 'auo'h 'pose

    L'o se a pont 'a a aot touefo à  ota nforsato. Ue cer at ans a és ato et e toher ps ecter C'st ans q  tros secons haptre reer, ar exempe, reprennnassez argeent e même thme ensag chaque fois o

    angle un u érent. On espr ue e ecteur conseex ouda ien excuser es péitons q'entretécessairement présentations parales

    On s'est eorc d'unier es transcriptos, hotiqeset phonoloiqes. La chose n'est pas fail orqu'o emprute ses exepes à es anges dirntes o esqueles exstet en a atère e adtons mprates.Les transcrptons phonétiques appaisset rgueententre rochets arrés our es transcptions phonoogues,o rouera, à ôt es présentaons entre rres oqe,

     'po e 'u à où les onfusions a e gahsratil sont as à inde.

    A.M

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    8/260

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    9/260

    L DOUBL RTCULTONDU LGG

     NATURE ET CRACTÉRISIONDU LNGAGE HUMIN

    On di, traditionnelleent, que le angae humain se dis- tingue des poducions vocas des animaux en ce qu'ilst aicué Ceux qui pètnt aphorime seaintsouvet bien en pine de pris qu'ils entndnt pa là :il leu sembe simpement éidnt qu'aux t aux go-gneents cons des bs s'oppose a sice odo cedes sons d pale hn. Notns que c e scte odon-nance les appe suout u pope angue, et queaudtion didiome peu famies évoque, pou eux, plutôta confusio de a voix e qu'ue succession de sonsin timbés, neement encadrs pa ds consonns sansa. ependant, pou imesionniste qu'e soit,ce çon de maqu 'oé d angage de 'hommese fnde su une obsation, sommaire sa dou, mas

    ui dans même sens u ce qui a pis aux phono-ogues contempoins de dégag, pou aque anue,un sytème eé d'unités distinctivs

    I est toutfois pabe que a notion d langag aicué

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    10/260

    8 LGUSUE SYCHRONUE

    suggèr, à cetas, aute os qu la neté d sucession

    phoniques. Ce qi paraît dstiguer l lngg uman dfos 'acivit qu'on constate chez d'autres et qu'on pourrit t tet d'appler aussi « angag 'st-c pas le fit que l'homme commiqu au moynd'éocs articus e mots succssifs, aos que es produc

     tios vocaes ie par les aimux ous sembent, sur lpan du ses, aussi bien qu sur ceui de la fome, êt des tous ianlabes ? Il apparat doc q le lagg human

    st non seulement articulé, mis doblemet aiculé,aric sur deux pls, ceui où, por empoyer s temesdu pler de tous les jus, es cs s'aricuet en mots,t celui où es mts s'iculet e sos.

    Pendat logtemps les linguistes n'ot gèe prêtéattetion à c cractè du lgag humai Ds cherchanalos, n pioit, à  moter s lagues divaint'n mêm lgue pus acienn, et à prés l modaltsde lur appaetemt. s la mesure, plutôt restint,où ls s'occupaient des trts communs à  toutes les lgus,

     s l faisaint pschologues, et cc ls eit à cc trer toue leur attentio sur l poblè dit du « sig :dns quells codtios et sos qule fom s'idtint,ds l'espit d sujet paat, u cocept et unceri image acoustiqu, e cocpt d « chevl », par

    exemple, l oespoat psychique des sos [s]pour formr l « sige ou si 'on vet, l mot aPocédat putôt par intospection qu par observationdircte de la parol, les liguistes d'alors s'ntérssaientplus aux latios qui pouvait s'étblir t es signess l'sprit qu'aux rapports existt et les untéssuccessivs des éocés, ls cncevaiet vooties unlague comm u sstème de sges Mis i tout le mod

     tombait 'accord pour voir dans ue gue un sstèm dsignes, il n'éit pas acquis qu out systèm d siges fQtun langu : les fu rous, auns t vrts qu règlnt lacicuation das s vills, s pannaux ui joet e m

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    11/260

    LA DOUBLE TCTO DU LANGAGE

    rôle dans es zones rbines rrales sont de oute évidencedes systèmes de signes. Devon-nous, de ce fait, le accorder doit de ité parmi les langs ? Ajord'hi enore,es « annxionnistes D cex qui e trovent jmais assez vaste le domaine de leur scence, n'hésitent pas : tous lesyèms de signes sont des langues, y com des jeuxcomme le dames o les échecs. Mais ceci nos laisse sansmoyen de ce ce qi intéresse poprement le inguiste,à savoi le ange tel q'il se anifeste sos la forme des

    ague dese, le lati, le rsse o le cinois. Ces langueso n ommun ben de tits q'elles ne pragent niae s fex de con, n avec le je d'éhecs. TI nosfaut touver ne caractésation qui marqe bien ce qules dstinge fondmentalement de ces deers et noseette de préciser en qoi tel o tel système de signes qin'est pas ne langue de totes s lngu popement dites. Or, il semble ben que e soit pa éféene à la

    doble aiculation d langage qu'ne telle caractéiationsoit la ls facil et la u utile

    Por bien comprende comen ne lange pet rednie comme doblemen ariclée, il fat se convaincreqe la foncton fondamentale d langage h est depermete à chaque homme de commniqer à ses sem

     blables so xérience personnelle. Pr « ence D ilfat entedre tot ce que l'hom ressent o perçoit,qe le stils soit intee o eee, qe cette « eérience D prenne la forme d'ne ceritde, d'n dote, d'ndésir o 'n besoin. La commication à ati poraprendre la fom d'ne  tion, dne question, d'unedde o d'n odre sans cesser d'être communiatonQe le lagage serve de suot à la pensée, nl n'en dotqe nos l'tilisions souvent moins pour coniqe,

    qe por nos déonder, comme le faiait le barier d roiidas la chose est claire et les avads sont là por nosl appeler. ais qel qe soi l'eploi qe nos ssions angage q'il se à odonner o à carier note

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    12/260

    10 GTQ YCHROQ

    pesée, OU que nous parlions pour nous primer au sens

    prpe du tee, nous nous compoterons toujours coes'il  it nous ie compdre d'au. C'est dans  mesure où ue lgue res u bon istumet de communicaion qu'elle peu ous ed des secs sur d'autrespls

    L'epéience en tt que tlle, aat tout eort pour lansmee à auui, 'st s çue en temes de mosU eéiece de ès ic, comme u doulur

    physiue, pemet d bi cmde commt et à ql mmt l lge e . L éci vcale à adol put n'e u'un réxe pr et simple, un grogne mnt, n . Sans doute ce ogement, peut-iê  e voulu. D se alors à commuiur qulque chose, mis c commuicio n'a ps u caractèe liguistiue:ls chas communit a my de lurs milments,et il n'est pount p si de voi das le miaulemt

    un it de lgue. y a it de lgue losu'on passed'u exéice hgèe lyée à s réducionen ue séie de sgs vocx démiés. de cessgms peut êe iisé commiur d'auteseéics qi diè out u u. Ceci 'mêche pasqu, lose nos l� ds ds u ode, nousnos ovos assz écisémt sigés sur ce u'a

    ové oe itelc i dis pl, j à a tte e me ses d six sgms, à svoi je, ai ma àa et tte dot chac e s ouv ds ds cos tout à it fs pou cmmiuer s exéices tout à it diés Ds st dc ot peu sus, mis e ls combi, on pt ide une assez gadepécisio.

    Ce i dc ccéis l cmmici ligs

    r oosiin aux pducis vocles no linguisiusc'est jusement cee lye e qui, du ait de r vocle, se péset l'ue ès l'aue ds un odesctmt liéie Ns al ces uniés des moème.

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    13/260

    DOUL ATICULATIO DU LAA

    Un mone est le pus petit semnt du discours auqueon peu aiber u ss Dns nore eple prédent,

    j' ma à a Oe l ix moes cosiu crsponentx six mos que l gphie sépre pr des espes blncsou e otohe Mis il n'est ps u'un mot corres

     pone à ps d'n moe: on en ouve dex ds auoroue (auo- e -roue deux paron (par- -on

     is pariro (par- -i et -on. D e " aumarhé le mot au représe un amlgme des dex mones

    à et e qui retnt diics et successis ds e " à hôia. n e monèe e plriel, quiisie  onc d'un ure qu serit anma rse miete à ois poins f ns : ds  prononc[éz] dt voyelle suiv au lieu de ; lieu d' ma, au lieu e dor. C'es ce'o pplle u mo disoiu Il ne uit donc

     ps qe le tee  monèe D 'st qu'e çon ée de désiger ce qu'on appelle un  mot D dns lae ornte

    L ço dot s'lyse l'expéee d'ne lgueà e e: en e d' i 'e à oiqer,e iseu d'hbiudes e nos appelos ue lgue vos meer à lyer l'expéie en ombre'éles pour lsqls la lgue se ouve oir deséuils. Ue le pe pr exemple posédr u moèe priir tel migraine u lieu s qe niéccesive ma à a Oe. Pour jai ma à a Oe un Epgolir omee a Oe me a ma v e ogiio oue iére des is éléens A çi de corepo l'gis moki prohibied 'rauhen "erbo c'es-à-ie qe là où l ç imea e u moy subi l'gi ' d

    e o moy d' priip. Qt au r i ploiers ce cs, u vrbe rééhi à la oisième personne,lqe hose coe mr se déend D

    Ls ces d'riion e lgue à lge se

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    14/260

    1 LINGUISTIQ SYNCHRONIQU

     festet, non seulemet das la ço dot s moms eombinent pour ormr des énocés mas égleme dansa gamme des choix do disposent les gens à chaquepoit d dicours : à où un Fançais a le oix ere bvt o pou taire ses sesations u Breo ou uGllois devra se conteter du seu mot g qui recouvre ls tris domes d blu, du vr et du gis. Ds bcoupde lague, la zone du specre oire où nous diguod bleu, d vert et du jaue corrpod à deux couur

    seulmet, de tee soe que ce que o désios comme vert reçoit n épièe t eo que e vr  approe plus du blu ou plus du jau. La façon dont ouaayos le spece e coespod ps à ue réalié phy-ique uiverseleme vble mi à ue tradiio cuuree tramise pa la lange que ous paros depuis 'eface.

    Tout ceci cocour à mtr en umière u cacèondamet du lanage humain : létonate iude de

    ses variatons dans lepace et le temps, de commuauté àcounau t à avers les sièces. Paout das l mondees chats disent mia parce que c'est ce qu'o tenlorsqe le at ouvre et reerm sa mâoie e do  t dela voi. e lagage de l'hoe vae parce qu'il s'adpte sacesse au bsoins cageats de humaié. Il seuique tout ait d discours que lon rencoe réguièremdas toute comuaué n'est pa à proprement prr,un fait linguistique. C  nest pas au te à léudier, mais a pscologue ou a phyiologite à ceux qui aitent de lhoe en gééa coçu comme ideiqueaux quatre coin d globe.

    Une fois q'on sest d'accord su les qu'on oitretrouve das un objt d'étud avat de le cle parmie gues le tavai du liguite coite à

    lagues Décrire une lange c'est diquer ce en quoi elle de toute aue. Comme toutefois on ne onnat n totes les angues d passé n toutes celles d ondeatuel ni bien entedu auce des langues de eman

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    15/260

    DOUL ATICULATIO DU LAA 1

    on doit poser en principe que les latitudes de von des langes ne sont imitées que par ce qu'mpie nore é- ntion u eme « angue

    Dans cette dnition, nous &mble devoir grer l'arti-cuation de l'expérience en successives. Mais nus y incrons égaement l'aue articuation du langage, ceeseon lauee haue mot, caque monme se trouve, sur

     le pan e la forme, articulé en une suite d'unités distinc- ives, les phones. Chacune des s unités de 'énoncé

    j ma à a Oe est constituée par un, deu ou tis sgments phonues, rois ma u Ote  par empe. Aucun  ne s'attache à ces segments, ais leur choi et l'rr eel ils apparassen cactésent penement le monème dont s sont la ace percptible: Oe  par exemple,comporte les ois phonmes t, è, as ce orre.

    Les lingustes u passé, que préoccupat surtout l'unté sgne, on p être tent e négiger cette secnde arti-

    aton. Ce fasant, s assaient  l'ombre puseurs ais fondamentau de la cmmunication hmaine. L'avan- age édent de la seconde articuaton es 'ordre éc- noue. La pemière articulaton a pu nous paraître économue en ce sens q'à l'aide de queues miiers e monèes assez peu sés, n puvat former une nnte messages diérets. De açon anaogue, la seconde art-cuation est économue e ce que la combinason adéquatee queues es de phones permet de confére eurdentité à ous les monmes dont n a besoin.

    Quand on pense à l'immense v des besons comm- n e l'humanité, n s'aperçoit ue le angage e l'homme ne pouait se concevr sans la ouble articuaton.Essayns e ous er ans quel embarras nous ous

     trouerns, auss ben pour nous fre comprenre ue pou

    comprendre auui, si nous deons dstingue des mersde grognements narticués, chacun correspondant à unde nos monèmes ce qu serait e si a seconde artcuaton nous éta inconnue Jamas l'humanté n'aura pu étee

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    16/260

    14 LINGUISTIQU SYNONIQU

    son lxique pèlen à l'eion de ses besons sasl' écooe que pee de réer a ag maon en phoes succes de a ce de paroecorrepon haque moe e cque mo.

    M  i a pus que léconomie: si a oe de caque mone a un groemen inanaable, i y aurasoiié compe ene sens e ome vocae. Le sensexecerai une iuence e sur la ome, si bien qu'à ou insan ou usge de angue serai en d'adape

    sa prononaon au nuances p de qu'i vou me à son auoire E f de cme,oe e sens seraien un pe éa d'nsbéC'e aors de uiés de sns pin idn

     abes e bn dnces es unes des aus, els que leso, en ai, es mones de nos les, grâce à eur oesbe e be yée L'aricuaion d'un mo en ue ucceson de phones e le sens de ce mo d'ercr

    ue iuece queconque su sa oe On peu concevoirhaque phone coe une habiude moce paicuèequi rese oujours idenque à ele-mêe, quel que soi esens d cone lequel i app Sas doue, les phones voiins peuv-is enner des dos parrappor à ce que l'on nd lorsue e phone es poocé

     isomen. M le cone sique, lui, es sans fe les circosces ors Si donc, au cors du mpse pour des sons qe nous ne saurons énumérer ici,'habiude moice propre à un phonème subi queque modicaion un evnnemen phoique diné, cse produira  ous es mos de a gue uel que soileur sens; lorsque le d lain e devie eau celui de aem e ceui de em subissenle mêe sor hapeau e heau.  iuse a rgu

    des ges phoniques.Nos langues europénes, sous la orme où on le écri, peten de se représen vsue  ce qu'i auenendre ar une double aricaion :  phrase sacue

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    17/260

    LA DOUL TITIO DU LAA

    e mens srs pr des blans, les mos ; ux-i, à

     leur our, s'ariule en lt suessives. Coe lesdiérens mnes du isours, les  mos ds ees se fen par miirs,  leur nomre, uneangue donne, es onsmen suje à hangemen.Comme les phones, es érenes lt des es se ren par es  leur nmbre es sable. Cpenan,

     il ne aurai pas s'imaginer qu'il y i orresonaneexae d'un plan à l'u: ous avons que bien es mos

    ompren pusieurs monèes qu'un même monèe pu se manieser érens mos d'un mme noné ; par aieurs, c sep lt pour quare phonèmes, anis qu' représene u moyen de inq les lessix phonèes don il se ompose. Pour les s qu'esensé garder le miise de l Jusie, l'orographe six araèes en pae des de phonmes de l pononaio. Ces onsiéains e doiven, en ou as, pas

     perdre de vue que l laue es parlée van d'reéie que des milions d'êes saven parlersans svoi

    n u oujours gare présen à l'espri e araère prmorialem voal du langage. C'es pare que la languees parlée que l'on doi  les oses les uns après lesues. Si l ouaion enr les hommes se saiu moyen d'mages dessinées sur des suaes anes, les messges n'uraien pas néessamen un araère :sans oue le penre doi-il sur sa oe une hoseaprès une ue, ms le speaeur peu les er

     gobalmen ou  l'or de son ox. Supposons le message: L'homme ué l'ours  le speaeur pou lesasir d'un seul oup d'œi andis que l'aueur enendre p que monme l'un après l'aue. L'hire de

     l'ériue oene ve l peinure e l grvue, 'es-à ve des oes de message paemen ndendnesdu lngge e du disous. P des pes suessies, elleaboui à l pe labique qui, u mons en so

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    18/260

    16 LINGUISTIQUE SYNCONIQUE

    principe, et en dépit des entorses que nous venons de

    contater en ranças, implique une parite conormité àla double ariculation tique. L'écriture s'ecomme distncte de la peinture dès que les objets et espersonnages n'ont us es positions respectives qu'ils sontensés occupe dans 'espace, ceci de sugére unesuccession qui rappelle cele que nos unités linguisiquesont dans le dicours : si, la angue du peine ou ugraveur, e verbe ent à a f de a propoition et si notre

    messge y prend a orme «  'homme l'our tue il Y auraécriture lorque l'ame portese de mort ne gurera pluenre 'homme et l'ours, mas marinlement par rapporau groue du chasseur et du auve, 'est-àdire qu'elle seraplus ou moin conemment identée au verbe « tue

    La naure vocale du lanage humain n'en est donc pasun apect pérphérique, mai un tit ondamental sanslequel l'organiation de la communiction serait complète

    ment diérente de celle ue nous connaissonTout ce qu'on appelle une langue, dans un sen o

    métaphorique, préente a double arion telle quenous enons de 'exposer Mais ceci ne eut pas dire queles langues n'aient jamas recours à d'autres procédés.La oix humaine, qui résule des vibrations de la gloe,arie de hauteur selon e degré de tension de cet organe.

    Ces langues, comme le chinois, mettent à prot cesfence de tenion pour ditingue entre es mots,comme les Français distinguent, au moyen du timbre de

     a oyelle, enre b et bc D'autres langues, a plupartde celles d'Europe, n'en ont rien, et es diérences deauteu mélodiue estent utlisables our nuancer ediscours seon des procédés qui arient peu de angue à

     angue Eles peuven sember paois jouer un le assez

    entral.  a montée de a oix qui peut aire de 'a!ation pet  a question pet ? a ien une onction appe elle de a parcue estce dans tce q'pe ? is alors u t-ce s'articue en phonèmes

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    19/260

    LA DOBLE ARTLATO D LAGAGE 17

    la montée de la voix ne le fait pa. Cette monte e la voix

    est un procédé moins conventionnel que la double ariclaion, plus drecement conditionn par la phyiologiedes organs, pls roche en un mot de ce que nou pouvonconnaîre de la comnication e. Le langage qu'l a de sécqument humain commence au-delà.

    La double ariculaion est out enemble une conéquenenéluable de l'évolution qui abouit à lhoe, ocial aux aivté dérencées, et le fondement nécea

    de on acvit linguistique, celle qui code toute leaues et sans laquelle lhumant telle que nous la vivonne saurait e concevoir

    II

    LE CRITÈRE DE LARTCULATON (1)

    La lngisique est tradionnellement préentée, inondénie, omme la science du langage. Rete à avoir, aturellemnt, ce quon entend pa « langage » On ait le clés auxqulles e heurtent ceux de linguite quicrchnt à donner un statut scientique aux terme adinls. Por chacun dentre c termes, il agit en fait deouver une déniion qui, dune part peee didente

     à coup sûr une réalié omme fisant eectivement partide la clase ainsi isolée, daure part, nexclu aucun deas q la langue courante désigne au moyen du tee àdénir. Dn un ca de ce gnre, cet la conformit àlusage général qui reste, en fait, la perre de toue de

     toute dnition : i lon dénit le concept de «  voyele

    (1) Ce text reproduit le premier exosé de la théorie de la doubl

    artcution pubié en 1949 dans Recherches structurales 1949, vol. Vdes TrQ'QUX du Cercle liuistique de Coe. Quelques fomulationqui esquissiet u approchemet etr cete théori l'opposionqu'établt la glosématiqu ee les pa ote l'rssionot été éiiées omme no fondés

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    20/260

    1 8 LNUIS SYNOQU

    de çon tele que le ai e tlle langue ne pusse e den

    té mme une  voyee », et que le Is e tee autre réonde à a don proposée, c-c n'a aucune cancede acctée, et son auteur u-me nste pas.

    Dns le du tee  angge », ne smbe s ode de fre coïnder uge g et un usge scnue du mot qu satsfsse s ngustes (1). Dans e arer o  le angge» désge rornt la facuéu'ont s hos de s'entdre au moyn de sgs

     vocau On pe certs du ge des ers t du lnggeds bêts, ms ce sont là ds emos u rnt gré.  faut, dans tous s , toujours sr « ds urs ou « ds bêts Le gge, ns us, de toujors ue faculé humane. Les dverses modatés de ce gge sotdtes  langues  n'y a pas de  lgue des urs » ou de  ague ds btes C  ange hun qu se e sous

     la foe de angues dveres est en l'objet excusf ds reherces prement lnustques.

    La tâe de d sctuement le terme  langage»consstera don à dénr les qu ractérst le angage human e 'opposant à toute aue forme de comu ncton que le lngste en tant que tel ne s ecot as la compence dobsev et de

    C'est c qu une dculté Nous ne connons

     le lanage que sous  foe de ses dverses modatés, es angues. Décour es u cant le langage,c'es en fat déage eu qu cractsnt toue aue.La méthode qu semle tout d'abord s'mposr est une

     méhode nductve: r le plus gand nombre possbedes aues acessbles, en dégr les couns, décre que ces sont eu qu dovnt exster danstou sytème de ommuncaton qu peut prétende au

    t de  laue

    (1) Notons que c qui est it ici va d nçs q dstingu dux mots gag e «langu 1

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    21/260

    A DOU UAIO DU AA 1 9

    Mais qui n'aperçoi le d'une le hode ?M si la dsipion scique ds langus a  parés ds l mode éi assz avacée pou qu'on puisseêr sûr qu'aucun t de sucure ne passra ee ls

     mails du ,  il rsrai, pour écappe à  l'obsaion,us ls aus aujourd'hui disparue as laiss de ous eles que l'humié pla n .

    N  miux qu Louis Hjlmsl n'a su me les linguiss n cor les dgers de 'iducion a sol

    ion qui, ici s dégge de son nsm, cosise às'isrr l'ic la plus as, à  imagir ous ls possib suggérés p cte expric, à  prseu lg u dion lle que ls liguiss s'esimncomps pour obserer décrire ous ls suqui y rod Cc implique que la diion ascoçu pu êe  parce qu'elle paraî à s rop hospaliè ou p rsie M une fois adopée( l le sra en praiqu que si e n'ne pas en oiac l'usage éral), la dcoure de i oueaux n'aura

     pas pour e d la redre caduque: ue sucure nollequi rpodra à  la diion s applée  lgue ueaure, qui n'y odra pas, sa exlue Une coséqucede l'aopion d'ue lle dion es qu'on n'aur nuloi posulr auue lgue l'sce d'un raiqui 's pas impiqué ds la diion elle-me: l'pposiio fomlle de la coordiion e de la suboraion u bi ous paraî une nécssé logque pou o iiome, mis à  mois que ous décidios de l'iégre deaçon ou d'aure à  nore don de  lage o de  lgue  il y aurai ereu de mode à  l upposeuill prése

    U fos amise cee coco de la déon de

     l'obj d la ique, il s'agi éd d saoi ceu'o y f gureOn sora ss doue, ou d'aod, a signe i

    oe à  l'él d oe diion du lage

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    22/260

    GS ROI

    Nou ne reendrns pas ici sur tutes les discusons qu

    e ont évées au ujt de 'arbare du sne (1). Tou l monde tombera d'accrd qu' n'y a aucune remblanc,aucu raor natue entre un eval qu broue dan un pré, e l vbraions qu rrepondent à que nou trancrvos [Bva]. Cez e eune Franças qui apprenda langue, l se prduit, ene ses réaon nes à csdeux phéomènes, une ason qu ne d ère peut-êe pa eenellment de celle qu'on peut ppoer chz le

    n de Pavlov ene la vue de a ande et l'audion de la onne. Le fat que la foaon du concet» dca uoe chez l'enfant un grand nombre d'ériencessuccv ne cange pa grandchoe à 'aare. S l vbon avaient éé du t de celles que nou trancr von ·], [E] ou [Ia], l'aocaon se sra produeamnt de la me çn. Cec nous paraît condener

     l'eenel de  théoe du signe bi, et ls échangd'aguments sans réultat poiif dnt nou avons éé l mon monent qu'on ne gae rien à esayer, par l'ntro pecon, d'en analyer l contenu pychologque. On peuan do, rprocher à 'auteur du s ou pu-tre à sesédacter, crtain inconéqunces dans les fomulaon.n pourat se dder i le co des mos « sgne» et arb» et vétablment heureux 2). Ma l t

     ionabe que Sausure a préent ces tmesun d at qui paraisnt e mu caracérr le angagehuma

    tce à dre, toufoi, que nou ayon nérêt à appeler  langue  n'mporte uel sytème de sis arb ?

    Voi nomme, ns les Acta L E Ntueu signe sque, 23 e ui., e A. SBY, Ch.   Pou l'biie u sie, II, 165 e sui

    2 est intéessnt noter qu l'utoité e Sussue est penueà mpoe, ns tlgi linguiique, u mot signe ue igif-cion qui s'écr netemet e cl qu'on onne à erme ns l'useor ù il 'applqu lutô u sit sussie ou, plu  tement, à éalisn matlle de st.

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    23/260

    LA DOUBL TITIO DU LAA 1

    li n'est pas douteu qu les lumières de couleurs diversesqui rèlent la cion foent un système de signesarbes au sens saussurien du tee. Or, 'en d'un el système peut fare partie d'un progr e de recherchessémiologiues mais il n' en à  voir avec la linguistiueUe don du langage qu n'erait pas a sia tio rouère même sous ses formes les plus netementcovetionelles aurait non seulement 'inconvéit de'écate lrgment de l'usage généa mais srtout 'inclue,

    das le dmaie de a scenc du langage, des objets d'étueui ore de la comptence du liguise en ant ue el.li nous paraît donc qu'en tout état de cause la ce

    aux sies arbiraires ne saurait s à d le lanae,et qu'il nous faut rechercher des critèes plus spécues.

    e pale o peut ici nous être de quelque secoursOn ented s di que e anga st aicuEn fait un examen ême rapide de la rélité iuis

     tiue telle que nous a cosson ontre qu le anghumin peut êe décrit come doublement aticulé euniés sicaives (les onèes) en uniés distinctives(les phèmes

    Si je soue d violents lancents à la tête je puismaifeer a chose par des cris de duleur Ceu-ci euventêe involonaires, dans que ils revent simlemet dea phyioloi o pus ou ois voulus par moi por airecomprede à autru qu e soure L'élément volitifdans ce cas ne sut à  faire de ces cis une réalitlinuisiue 1) Chacun de es cris est squemetinalysable li  peut s proonger, ais il n pourra amaise coç comme une succession d'éléments u'on etrouveavec ue valeur dentique, ds d'aues cotexes Tou

    Ns laissns c de cÔté n nerjecn e ù a facersphyogqes, e êen des as déléens lingstqes sqeces n apaenance à la cnaté ingsiqe çase q efa préfrer n dponge» anérere à  sre [a] qi-er n Dn ar el

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    24/260

    LA LGS SCO

    aue est la sitution si je proonce la phrse  'i un

     horibl l de tête Chcun ds s éléms succssifs,que l grhi se ouve ici fim iolr pr uneposophe ou ds escs, ut s rrouvr dns d'uscoxs qui srvion à lxrssion d siuns oudiérs. C que lon pu lr l'icuion ligis ique n uiés sigcivs résul du fi qu, pour x mr u siuio qui pu bi re au sut comme untou bsolum nique, iysbl et iréduibl à ss

    exéics érieus e à cs duui il fud uiisre succssin d'uniés dont cu a un vlur sémn que pricuièr. On put crs cocevoir un sysèm desig rbiires cosodt chcun à un e iir de siuion ou dxéinc. Il xs dilurs dsdes élégrhiqus fodés sur ce rinci. Mis, silon écr cs cods comm corrod à ds bsois priirs rès limiés, un sysème de ce s'éd à

    l'nsmble ds civiés d'un commué humi, mêmerimive, ne poui guère rdre ls srvices qu lonand 'u lgu, à  mois que l lise d cs sigss'e à u dgré icompibl vc l ccié d l mmorde l'hoe

    Cee rmièr iculion liguisique p, à lalumière de c qui récèd, comm le résu iéluble

    de l tdc à léoom qui ccéise lm, sionxclusivmn, ou l'iié hume. Il ous rqu'il s'imos d l fir gurr ds la do qu ousdésiros dor du lngg, cr c'st ell qi codiioe'exisnce du sy t nous croyons référble, enrqu d dér le crcè linguisiqu à un sysèmequi lior, qu d cosidérr que l roblème syiquedon déd l imn pdiique e s o qu

    our crins lus.L'riculin liguisique en uiés isincive a éébt au cours des dèrs décns, de recrchassidues. Toues les oe du phonème qui on éé pé-

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    25/260

    LA DOL ARTCLATO D LAA

    ntée e ondent ur la uppoition, emée plu ou moi nt que le igne linguitique t analyableen une uccion d'unité dtinctive non ite (1).Cependan l rcheur, tout occupé qu'il éaient à

     pourvre lur analye, e on un pu déintéreé de ceque prénte le phonème pour léconomie ltiqueChaque lanue comporte un nombre illté de ign qi,normalent, doivent  po chacun d'un tdtinct Théoquement le nombre d fe prodc

     ton phoniqu homogne que peuvent articler le orgedt de la parol t Pratiquemnt, le conle qel'homme exrce ur 'action de mue de la angue oude la gotte a de limit L'oue, certe, et an cee mieà contbution pour guider 'artilation M 'auité ciative de 'oue elle-même a de imite On poucerte eniager un ytme où, à aque ié, coond un i phoniquement homogène  inana

    lyable M d combien de te is le organ phoater récepteur de l'hoe ont-il capable ?n n'et pa poible d'indique me un ord de grandeurC qui t cran, en tout , c't qu'il y a une diproporon édente ene le nombre de it nécair à  toue lage, et le poibilté pratiqu de ceoan Ici encore, l'aron du it ebleimr comme un rélat inéluctable de ce que nouavon alé la tendance à l'économ Ren n'illutre mieuxl'aboutmnt de ce tendance que l'exemple de l'epagnl d'Amérique qi ne connaî en gnral que ngt uneué dérenciaiv, alor q'un dictio un peuclt de la langue content plu de en mlle élmentgnt d Raplon en paant que l'acula t r l an d l'xion ne 'arr pa au hè,

    (1) xistec duts dt  p rdqu m  p iqu  p rblè ss utf mdir sti d c qu u c ic.

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    26/260

    24 LA LIGUISTIQU SCOIQU

     puisque celui-c put conçu comme résultant d lcombinison de traits prinents dont l nombr est a

     plus él à clui ds phones en fai, dans tous slanus connus, inférieur à celui-ci.

    Ic encore, l n'st ps dci, surtout si l'on nviagde enoncer à l'tion de la substance phonqu, conceoir un système où ls unis sigiaivs s draient vc les unités ditinivs t qui, par con,ne connaaint qu'une riculaion uniue. Qu'on p

    simpement à une lage qu'on ne parra aqu'on continuerait à  éire au moyn d'un yè ig phique prfait.

    Nor point de vue, en l'oc n, ra aag àcli que nous vons eosé ci-ssus à  rs s syè hypoétiqus non riculés en unis giaivs : ncroyons préférabl, en praiqu, nr aaèliguiique à un sysème qui ne conaîait pas

    d'ne ricultion synique » ds sis, pôt de considrer que le probème phonologi n s que pour es lanues Le sysème nviag sd'une lnue more à idéogrphi pafat ne poatvoir ucune utononie rélle, cr ce i s'n sratseraient nécessairmnt amns à  fir oïir a mons des dogrs vc ls mos d ur lang asens propr du rm. A supposr son utiisaion pr uncommnaué dont il srait l'unie moyn d'inrommniction, un l systèm srai quque chose de si picuir qu'on put for bien comprndr q ls stsdésirent l'exclur u domain de r sienc

    Nous ttendons donc d'e lagu qu'le mnifste laoble ariculation. Aussi bin das le domine ds uniéscivs (dièm aricaio) que dans clui ds

    sigaiv (prièr aruaion, nous dsrons vor orr avc s syntas ds pardies, nous somms prês à dénir le titre de lanu à un systèmui ne nous en oirait pas les moyns.

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    27/260

    LA DOUBLE ARCULAO DU LAGAGE 2

    On peut, au premer abord, estmer qe l'incsion, sla déto du angage, de la double rtculaton dont nouvenon de ter nmpliqe ps nécessrement une psede poto quant à a   substntielle de unté encause. Toutefos, on vot quel ntérêt on pout avorà appeler ngue » n ystèe à doble riclton dontles unté livées p l pmièe icin nien psn sii de ubstnce psychiqe, cec, ben enten, au où un tel ytème erit concevble. Cest év ent

    en ce q oncee l sbstnce de lepression qe lespont de vue peuvent le plu aséent iverger. Becopsernt tentés de donner rason à Saussre qi énonce ()que leentel de la lngue.. est étrnger crctèrephonque sgne lingistiqe », et, dépssant lenseignement du mîe, de déclrer que le sgne ligstque n psnécearement e cractèe phonque.

    En fait, l net p dicile de upposer un syste où

    les de deuxème arion seraent des gestes, non es phonèes. n sut de simgner ce qi se psserit un n nombre de Frnçi sours-met se servnte llphbet manuel e trovent isolés d rete de humns, et trnsmeent à lers scents le systèmeselon leqel le concept d « e pr exemple, sexprime aumoyen de la cesson e tros pstion vnte el n Cnq dogs repls vers lnérieu = e »); 2° Qua dog rplé le pouce tendu ver e haut etpyé cone lnex = « »); 3° Les dgs replés àlexception de lndex et du mjer ends vers le haut= U »). Dns le condions où fonctonne eecvemence système, l ne possède ane autnomie rélle, pusqildépend dune norme érite q elle-même, nest msplenement népennte de l forme prlée, même

    une lngue à scte tadton orthogphque.  A spposeque lévoluton e l lngue prlée bosse à des conis

    1 Cou de iqu éné 2

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    28/260

    26 LIGSTQ SOQ

     homonyques analoes  à ce qu'a longuement étudiés

    Giéon,  à  l n de ce ermes,  emesdisprient élmen de le éce et du sysmedes sourds-muts. Au co, ds hypohèse d'uneségrégtion come e nos vons ensgée ci-dess,

     e sysème mnue acerri ue économie prore. Comme  lhbet en qeion e u se disinge ssez m du o poit envisger lpriion de cois hoonyiquesere f e f, cor cou boissn  à des éos

     xies n oi se pdire ds os dsdireiions ds e conc n ori se ire qe  ghie (conserve coent vec a oe »gesee) ne s'dpâ ps u modicions du sysme

     mnuel, de te ore qu'elle oninueri  à dstinguerene cou devens homonymes. Coe en phonoogie,on porri observer des es combitoires, idividuees ou sisiues, des dexssion. On pourrit

     mêe procéde  à  anyse de hcune de ces niés en ris erients : ds e de n  p exeme, serieerins : 1° La on de mn ves le bs qui see oose  à  u  pour min se dge vers le hu; 2° Le rieme de e qi se oose n  à On doi rcoe qe le risme ene cee dcy

     oogie» phooe es coe ss bien en mière

    sychroqe qe ihroie, et qon orri iirour remière tnooe use or secoe, s bin e orsqe s es cor e rceà   sbe iqe n s cir e si nos ne dsioss exre du domine sique s syèms du ede cei qe nos venos dr, i e ès imornde moer ooe rdione rive  à ricon ds sis de ço  à n r oe ré

    rence à  subnce phoniqe come e i Lois Hjemsev orsui emoie ce » e céiqe » u ieu de  phonème» honoogie».

    On cored ooi e r des lingiss

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    29/260

    LA DOL TICTIO D LAGAG 27

    hésitent  à mode de fond en omble l'édce termino-

    logique aditionnel pour le seul avantge éorique depouvor incure le done de leur scence des systespurent hypothétiqus. Pour qu'ils consntnt  à eisgerune te rvolution, il fudt ls convincre qu, lssysts tques atestés, ls n'ont aucun intérêt àconsidérer la substnce phonique ds unités d'rcomme ls intéssnt nt. Or, l mjorité d'enreeux n'est ps pr  à le reconnîe. Tt qu'ls contnunt

     à voir l phonolog, un chapi de toute descptnlngutique xhutv, l rte nol d'incl l ntondu phonique de l'eprssion l ditiondu langge.

    III

    ARBIRAIRE LINGUISIQUE

    E DUBLE ARICUAIN 1Pi ls nombreux pdxs qui sont, tout nsmbl,

    un ds atts de la goée et la souc d bin desrésrv  à son égd, l pcp d l'osm ()occupe une plc de chx. cp iqe le prélsm cmlt ds dux ls du cntu t de l'pren,une orniton foncèrmnt ite ds x c

    de l lngu, clles qu'n ts de sbtc o dégtcome ls sons et l sns Por ce , c'st cment otrpsser de beucop ls imls l éoussuenne du ine. M l n'en est ps mi que c'est l préti u t t d sigé cmls du fcs d'une mêe réité q t à l sce dupncipe hjslen d l'isomorphisme.

    osé odu avec quequs modaos de dé aeau sous e même e as e S des Caes Fenand Sas- s, 6.

    ) mo es moé  pa J KUZ das sa cobuo auRechers aes 1949, TCLC Coeage, 4860.

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    30/260

    28 LA LGSQE SCHROQE

    Comme tou le paadoxe loatique, la théore

    de liomorhime et iche d'eneinemnt. Jry Kuryowicz en a bien égagé la frité tut n n ggéranten paant l mite (1). Ce u praît génralmnt critquable an liomophim ct le caactr abou qelui prêe la gloémtique. On i reroche volontir demconnîe la té de la langue : on parle pour êtreomri l'exreion et au evice u contnu ; il Y aolidarité cert, ma ié un en détminé.

    Le anle qu'on conta - et que peronne ne nie - lorgiatn d dux lan n changnt in à crapport de uborination d on au en qui embeincomaible avec le parallée intégral que potule lathéori. On réona putre, que ctte urnatonne rend cor que dan l'acte de parol, qule n'acepa la lague proremnt te en ant que ralité afament tatique. Mai quelle que oit liue du débat, il

    demeure que la penée loématique e urte ici à derance ourd, à une incomréhenion réte dontil net peutêe pa imoible de dégaer l caue.Avant de pouoir contatr le parme d deux lanil aut 'e conaincu qu a ectmnt deu l. l aut avoir idntié un an l'eion quet bie celui où le phnolgue rencntrent l phonème

    mai elui aui où le loéatn eoue le iqui oment e énonc : apartiennnt au plan de l'reion n ulement iml Im, a Il, maiau mm titr t a a i e is e 0 à/ la fac hqu (/ ou gaue ma dtou l énoncé aé prét ou ur n l'mbleoe la réaé acceible e la lague. fa ua ité an du connu ù nt xcu l

    hèm ( a ou 1) m égan l gnanimle (mal/) ou comlx (I e mal 0 à ù ar

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    31/260

    LA DOL TICTIO D LAGAG 29

    néquent ont seuls droit de cit les signiés ml »,f j' ma aux dnts » et d'autres pus vates. Ces sésnitn, re, en t que tl, que par qu'is corre-ondent à de its ditins. M ils ne peuvntr sur le plan d cnten qe la msure où on çi omm itit s . E glémaique, loio e bae et entre phonème (u miux« éme ») i 'une art, signés d'ae artn le sma suivant :

    Im ma e mal 0 dâ

    etc.� �  :�� aux dents »  �

    etc

    Pour le ste ore, l'unié du e tique etue pus évdnte que sa dualité al et f ma »

    nt deu aects d'une me choe. On veut ben seconnre que le gne a du ces ma n n'et a rêtà fonder tute lanalye tique sur n dvore déide ces deu faces. S'oppoant au ie, unit cmlee,cers, uqu'ele riie à ce qu'on noe tdioelle-ment le sens et a forme, conidér coe un tot,on reonnt le phone nité smple dans a mesre oùee partcpe à a foe mais non au sen. L'ooon

    de bae est i entre phons d'une part, sits etsigniés d'aue p, seon le shéma suivant :

    . mal - l »Im J

    1 e ma 0 d - j' ma au det Le te o conot ben q'l use ext

    de rofons angies entre es systèms de ses et les

    systmes de phones, et que le groupemnt de ces niés la cne puse préente de appantes tude,encoe qe les tentatves po pousse n pe lon e parallé-sme e heurtnt te à a omté ben uérere des

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    32/260

    3° LGUSTIU SCHROU

    unis à de et à l'mpossibii où l'on se trouve

    d'en cre jamis a iste. Ms ce même e se trmpes'il s'e que ces anages crespondet ecmentet nécesremen à cees que suppse le péisme desdeu ps hjméiens de 'eressin et du conenu,pisque ce paraisme est ene sits et sigéset que es anagies consaées sont enr sies et pones.On nte cnstan, cez e qui, sans gossémaicies d, fn un er pou se présente a

    que d e cadre hjemséen, u'is se aisseaer à cfdre, s une e mesre, s de pas,sas s'apercir qe ce ne sn pus des unié de conenuquis on opser à des uniés d'erssion, bien dessignes, qui pariipet au deu pans, à de pones,qui n'appartiet quà un seu

    Cet éat de chses, qu'n peut doe s'expiqeéidment p a dicu qu'on éproue à manipe

    a réaié smiqe sans e secours d'une éaité concèecrrespondante, phoique ou grapique i aut noed'aieus que nous ne dispsons pas des ssouces ermnoogiques qui pouent nous pemee de tae avecqueque geu des fais sémantiques indendamentde leus suppots foels Come 'iluse le séa ne, i ny a, b entendu, aucune discpine pgisique ui coespnde à a pnéique » pa oppositionà la C phonogie ») qui nous peee de tt d'uneéaié psyciqe anéieure à toute nraion au cadessiques. M même en matièe d'en de la psychique à a suctue tique o n (noe le ds la cse n aut à doite du scm conre qui sit e pendt de quest la ponologie sue pan des sons. dispse eureuseent du tee

    C séantique qu'on empoie assez pcsent eà l'aspec sg du sgne u nous pes o lspè,de nous fai entend d ui pécède On posède,en ou, le ee C sié qu, nisant ue pa oppo-

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    33/260

    LA DOUL ARTICULATIO DU LGAG 3 1

    itio à it et ue lart parfaite M touteexpaion teinologique et interite à parir e ce paricipe paif. Quant à « que il a acqui le en quinou intree, il e et pa moin riv une aciequi voque, non point une ralit pychique, mai bie eproceu e igcao qui implique la combinaion uit u igni. La mantique et peute auechoe que la mioloe ; mai on voit e quelle rietnologique « mantique pourait le art ; u

    « ème e tout ca, ne aurait être autre oe quuneunit à ouble face.

    Sub

    Phnétque

    stance phnque bstance sém(sns) (sens)

    ntque

    Strucue lnustique

    Snfants Snés

    Phnloe (Ee es nts de on e est pdqe

    -

    .

    Mphle - Syntaxe - Lexcle(Etde es ts e tn

    l nene pa an no intentio e eherche ici iet poible et utile e combler ce lacune. enverra à

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    34/260

    32 LIGUISIQUE SYNCHROIQU

    l'intéssante tnttive de Luis Pieto (1, t lon maqurasimplt qu ctt absne d paalléisme d le dévloppmnt d l'nlys s ls deux plans nst pas fotit :ll n fai qu ée qui s pass dans la commiationlinguistique où l'on « signi » quelque cose qui n'est pamanifst au moyn de qulque chose qui l'st.

    L mods de pnsé qui font éhc à la conctionhje1mslévinne ds deux plans paallès ont fo xplités splique du i de leu caactèe quasi

    g on ne pnd consince de l'istnce d'une chosqu losqun ne la touve plus là où on lattnait. C'st,en fit, d la msue où lon saisit xamn lod la psiion losséatiqu, qon pnd consi dl'xistnce d'un aute scm, clui slon lequl ls itslinguistiqu odonnn das l cade daicuations sucssivs, une prmiè articulation n nits min àdeux faces (nos monès, ls « mophèms » d la plupat

    ds sstes), un sconde nités sussivs de fontion uniqumn disiiv (ls phnès)Ce shème fome san acun dote l sbstat ordiaids démaches de la plupa ds ltes, et c'st e qiplique que lxos qui en a é fait d eherhesstrtraes 99 2) ait gnéalmnt dout ls usd volume qi stimaint sans dout n ouv que dvéités dvidence ne disent ps ls appots antihtiqus qui usnt liclusion de t posé parmi ls nventions dans le débat glossétique

    Pésntée co un ai qu lobsvation évèl dles langues a sns o du tem, la double aticulationfait donc aisémnt gue d uisme. C ns guèe quelosquon pnd l'impose comme le citè de ce qui slangue o non-laue qu lntlutu pnd consinc

    () Dans son ac Conons à éd fonconn d contnTavaux d l'ntitut de Liuiiue as 956, p 2 Vo ajod'h (965) ss cipe d ooogie La Haye 4

    (2) P. 07 a s II sss.

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    35/260

    LA DOUL ARTICULATIO DU LAGAG 33

    de la gavi du proble. E pouran, s'il es éden queoues les anues qu'ude en fa le linuse saculeben à deux repises, pourquoi héser à réserver le ermede langue à des objes qu résenen cee ésique ?Regre--on dexclure ans de la lngusque les sysmesde communcaon qu arcle ben les messes enés successves, mas ne soumeen pas ces uniés ellsmêmes à une aculaion supplmenae ? Le désr defae ener la sque le cadre plus vase dune

    séologe générae es cees légme, mais en pedra--onen à ben marquer, dès labod, ce qu fai, parm lesssèes de sgnes lot des langues au sens le plusodnare, le plus bana du erme ?

    Les avanages ddacques de la concepion de la languecomme racésée par une double ariculaon se sonvélés à lusage e se son conrmés au cours de densegnemen. Ils comporen noammen une hérarce

    des fas de anue qu nes pas sans rappor avec cellequon aura p probablemen dégager des exosés saussuiens relaifs à larbare du se, s lon séa aachplus aux as nconnels mons aux aspecs psychologques du problèe Noer, en e, que en dans les chosesà désgner ne jusfe le chox de el s pour elsgné, marquer que les unés lngusques son desvaleurs, ces-àdre quelles nexsen que du fa duconsensus dune counaué paculière, ou c revenà marquer lndendance d sque vs-à-sde ce qu nes pas lanue. Mas elever le caracère doublemen aculé de la langue, nes-ce pas ndquer, non seulemen commen elle paen à rédure, au des « morphèmes des phones le variéé de lcee de snsaon, auss commen, par une anale

    parculèe à aque comunau, elle éabl ses valeupropes, e coen, en conan le son de fomer sesss à des unés sans face sgnée, les phonèes,le les proège cone les aenes du ses ? Quon essaye,

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    36/260

    4 LST SO

    un instant, d'er ce que pout ê une « lnu à sts culés, un système de couniton, oùà cue sé, cospondait une produon vocledistincte, en bloc, de tous les aues sits. D'un pointde vue stricteent statique, on a pu e  der si eones h de production de récetion encpable d'émee de percevoir ombre usantde els sits dstncts, pour que e ytme obtenurende les secs qu'on attend d'une angue (1) Mis

    notr point de vue es ic sinon nique, du monsdque : à condton que e mintinne ls dstnctionsnr l ss, en ne pouit emper les locuteurs demodr la prononation de its e ens Où,selon le sentment gnéal, 'ression dndrait pluadéquate la notio mée ; 'bi du ie erait,dans cs condtons, vte imol sur l'ute de l'ressitéCe qui e isst de sits assure

    eur autonomie i-à-s des sié est e fai que, ls langues éeles, ils sont composés de pones unitéà ace uniue, sur lesquel l se du mo 'a pas de prieparce que aque rlisatio d'u phone donné, un mot parculier, este olidai des aue rélsation dumêm ponème dan tou aue mot ce olidariponémtque poua, on le sait, ê brisée ous a ressode contexs ponique

    'impornt, en ce qui

    nous cone ici, est que, ce au sgn, cte olidireste totle Le ponèmes, poduits de la econde culton linguistique, e ent comme le garantde l'rbi du se.

    L éo-es 'avaien pa tor de placer acen de lur préoccupations ce que nous appllons leroblèe du compoemnt darnique des untés d're

    io. De leur enseiement relatif a loi phontique

    () Cf Ecoomie des caeme péi, Taité de phdiachronque (Be,  1955) § 4-2. 

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    37/260

    DO TITIO D A

    il faut le prinipe que d les condiions qu'ondoit ppler nomales » le sns d'un mot ne saurait avoiraucune acion sur e destin ds phonès dont se composesa face eressive. Cs linguiss ont eu tort d nier l'exisnce d'xcptions : il  y en a on le sait (1). is i estimporant qu'ees rsent conçues cmme ds faits maginaux qui par contraste font mieux comprendre le caracèredes faits proprement tiques : une formue de poliessepeu e rapidem�t à quequs sons, une gon

    ou un ongment eressi peuvnt arrivr à se xrd des circonstances favorabs. Mais pariculiers, où l'équiibre entre a dnsié du contnu la massephonique ds sits été rompu d un sens ou dansun ue ne font que metre veur le caractère noalde l'autonomie ds phonès par rapport u sens pariculie de aque mot.

    L thée de la double ariculation aoutit à distinguer

    nemen pai les producions vocales ente des faitscenau eu qui enent d le c qu'lle démite, de its marginaux tous ceux qui en tout u en parieécappet à e c

    Les faits cenau ainsi dégagés signes phonèmessont ceux dont le caractère conventionnel arb ausens saussin du tme est le pus marqué ; is sont d'unenature qu'après es mathématicins on nomme discrète »c'est-à-dir quils valent par lur prsence ou eur absencece qui xclut a on progrssive et continu : n ançaisoù l'on possède de phones biabiaux Ip et / touteorae iaiale d'un énoncé ne peut êre que Ip ou Ib jamais quelque chose d'interm en Ip Ib ;e avc un b à moitié dévoisé n'indique pas une subsancenrm ne ière a pierre ; le signe est-ce

    dn xacemnt coe esk/ marque une quson etj ien de pus ou de moin ; pour le nuancer il udra

    d § 1-1 à

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    38/260

    LA LGUSTQU SYCHROQU

    ajoutr à la ne un nouveau sine, égalmnt dsctcomme

    pt-2e. sont en nra, par natue expoé àa prssion ds bsins de a cmmuncation t del'eression ; 'entre eux ts les tons, puvntparticper u caractère discrt constat pour ls ddux rticuatis ; Is la plupart adnt pouvir dnuacr l mssag par ds s dnt n sauatdr si s st ou nn ds uités nus u ds avata

    d lanci : ct d acct qui crts paticipau caact disct losquil cot av sn abcd ds syabs visis, s dt dgé d frcpeut vair rapprt dirct immédiat avc s nécssitéd lxrs ; cst pus core d litonationoù mêm un ait aussi arbié qu a méodi monantde intrrogat pt ? cprt n msa uivira au fur à msure qu s mdra a pt ou u

    s'esquisseront des inis d a courb.Pur autant qu st égitim didtir iguistiqu

    et « arbiaire » on uun act d couicatn stprprmnt igistque si mssag à smte sarticun un cha de sis dt st réaisé au moyndue succssi d phès : i fè bo. On psra,dau part qui nest pas dact d commuicatn pro-prmt igistqu u n cmpt a dub artiction :un i articé nst pas en s ssc, u mssag ; iput e dr i n pas aors séioogiqunt du gst ; i pura saricur d e sns qu'i seréaisra cmm un succsin d phoès tantsd a ague du ceur, cmm d lappl a oul'intrjcion aj / ; il ne appra pus d conditions,cmm phogqumnt agè d un contte lin-

    gitqu ; s n'at pas é soumis à a pmière arti-uato, ce qui rédit mssa en sis succssiil n pura jamais sintégr pinmnt à léoncé, ou,du mois, i faudait pour ca qui rçt le statut

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    39/260

    LA DOUL ARICULAIO DU LAA

    d'é e la premère artcaton, cest-àire sietque.

    e es untés e es e aos reprete nécess le chnn éé tt noncaalyse intégraet e tés es e orres Cecmpe qe tot t recou omme parceéchappat, en tot ou e pate à a obe artaon ben sea exc es éocés artcués, o ny prrager qà te spraseenta En as tees s

    f marga que lon pet over d es césemet arcés sot ce e o nome prsoesO te à cniérer es ats prooes coe unae s as phoéatues es ranger as a phoge, ce i e s j que paeent Cesés prosoies, es tos propremet ts sot es tcves à ae e come les pèms : e éoe epe la co es

    ms norvées 1b0r « pns et IBb0r/ « haricts a eacemet a êe o e a e araton ote q opps en çs e à ieMis tres ats poses mats at tatioar exmle, st, cmme les g, es é à bee q combt e epreo phoe et eme litat tegatv e a t ipt a sé i évat gt à « ste et st e a té méo n ea e mm e as n cme acet sce qi pt pper ini u suat as cest poson ; s ce e si puat êe renar ee hoe come je sus è aet e sga st avc lalngmet i aee p Ceci e e e caatèe spaeeta vat ass e

    e se q r cei s os, et e lesf a a oe atat coèr cère e tet p a mae phog

    Les as posoqes, t lare est as préée, e

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    40/260

    LGST SO

    touvent s fréqument au cene de préoccupaions lin

    uisique, qu'on hésitea put-êe à n'y voir qu'uneane du domine inisiue propreent di. Le daonse pr exeml ne peu oublier que c'est d cedomine que se mnfsnt e s'amorcent les déséquilbrsqu enrnt une pne insabilié d le sstème des phonèms e moaions de invn phonémqes mlen en ee en de anlyse, toujoursse rmner ou se tch à qque innovaion prosodiue.

    Le sncoiste que c'est ar a sue rosoueque ommn cion r 'audieur des énoncésennus de ee sore qu' sano pé je passai es prçu comm dinc de (pâso je passe parcequ'nnt à u aute scme accentuel no sns que le pouvoir dsincif des phones dsde om ene jmis éellmnt en ne de compe (1).

    Tot c n'enlv rien a caracère plus cenal desuntés de premre t de deux aion. Si les déséulbes pén jsqu'aux sysèmes phonémues pa zon proodiqe c's que récsémn cee zoe espus expsée aux aeine du monde eéier du ft deson moindr ar n y a in ds rsons pour que lesats posois s'mosent lus immdaen e lesfaits phonéq à 'atenon des auus. Ms l

    up d'ene ees se ramèn u it qu'il sont de nauemons absrite qu'il évoquen us ement 'objdu mssg ans ce our que reésne n i la doublaculaon. C déour, cers es ndsnsble au minende a on de la communcion et à la pésrvaion del'ou iue l'homme tend à s'en dspensere à n absacon losuil eut aivr à ses sà 'e 'éln mons éloés e lus s s

    et phnes Cs élémns sont hysiuemnt ésnsdas out énoncé l fu toujours une ce éne

    ( §

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    41/260

    LA DOL ARTICLATIO D LAGAG 39

    pou mete une he prlée ; toute voix a nécessairement une hueur musie ; toute émission, de p sncacre a néces ue durée. Pou quiconque n'ntere s uomtiqument tous les fsphoniqus en rmes de prece phonologque, la présce inélucbe d l pro de l'ee, de l mlodieet de l qunité sembl imposer tris comme les élémns fondmux du lgge humin. E fit, ils sonti idispensbs i ps qu'on peut tedre à ne

    plus ls rur ; e qul usge linguisiue peut-onfire d'u tit qu'on ne qu ps ? De sore qu'onrt tnté de qu'is sot fodmux d lenge, ms ux et éodus ds l lngueis comme c'est l lngue, pluôt qu le lgg, qui fi'objet de l que, il est jusé d'énoner que lesis proodiques son mois foncirem iqus ques iges ls phomes.

    Tous ls lgus cous li ds sigs combinb u me pooogue. Mi y en a, comme frç, qui, porr-on prsqu de, n'lisent lstuds prosodus qu pr superfo o p ccroc.On pu oour, ds ue lgu, rr à ss ommus s oir rcours à e. O « Cmi ui là où u ur lgu cit le proomd prmère pero, en di -ce q le ?ou le-l ? on éir l'emploi di de l mélodierog do d' lgus, com 'gol, ne 'rcr Cc n u nurlmt ps dreu' frçs comm llu l rcour u mg rs p, soue, d'gr ls éoncés et d p rs l échgs us A proposd' g d ce p on pourr putêr dr de

    d r d ém proodu ds u ou u u drmié M o n'n our gèr l crèr géérlm fculif. E, puisqu'dère nlyse nous sommes à l crhe de ce qui

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    42/260

    LA LINGUISTIQU SNCHRONIQU

    aracérise consaent tout que nus désirons appune lgue, i es noal que nous reenions la dobe ulaion e ns les faits prsodiues.

    ' '

    Come sans de bien des œuvres don la publicaion'a ps eçu la sacion de ler auteur, le os tegae di reprsener, ss ue forme drcie un sde

    d'une pensée en crs d'épauissemen Le srcuraisecnemporain, i a appris l'arbirire du sige et qui alaissé a pese se cris er ar de ce concep esfrappé à la relecure de l'vrage du carcère un peudispersé de l'enseignent relai ax caracères conventinnel de l ague ui apparisse u moins sous lesdeux specs de l'arbi si e de la oion evaleur. I aendrit une synhèse i groue ous une seule

    rurique tous es rais qui concoen à asser l'autnomiede la langue par rappr à tut ce i n'est as ele, en marquant ses disances vis-à- des xa-siuede tous ordres C'es au ceur à découvrir ue l'bution arbiaire » de el si à tel signié n'estquun aspect d'une auonomie linguisiqe dont une aureface ompore le choix et la délimiation des signiés Enfait 'indépendnce de la lge vis-à-s de la nonlinguistque e te plus encore que pa le choix deis dns la fçon don ele inerprèe en ses propreeme ee élié tablissant en consulaion avec ellean oue mais ouveainement ce qu'on appelait esont et que nous noeion plutôt es opposition :le ou 'inspire du pou dégager le qualiésd objets q'on appelle colers » ; mis elle choisira à

    a uise e des poins de c specre qu'elle noraoposant ci un bleu un vert et un jaune se conenl de a imple opposiion de deux points pour le mêmeeae. L implion de tout cei dépassent de loin

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    43/260

    LA DOUL ARTICULATIO DU LAGAG 41

    celes qui déoent d l'eiment rltif au sit.Nos mesurn jqà qel oint est l lnue q ousplon qui déteine l ion cn d us a duond. Nos déovn qu'le tient sn ess e lisièrnot atit mnte, qe net s une ensée autmi de e e l lnge e contentea d nommer,tel A not es bêe et les oe e lui réentaite Seigneur, i les ythes bogeonnent sur lngue, hngent de for et de xe x hrds de se

    veloements, tele la déese N e l'évoltion de on que ée o l foe duNjord sndinae.

    C sont les ondiions les iplitions d l'atnmie la lane qe groe et ondens la théoie de l doublticultio et à tie sel ell méiterit d retenirttention de ngites.

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    44/260

    IT II

    A PHNG

    PHONÉTIQUE ET PONOLOGIE

    Tout le monde a, peu ou prou, entendu parle e laphonéique. C erme de phonétique est celui qui, il Y

    qulque cent ans, s'est imposé, pour désigne leu éue,à ceux qui s'inéressaient aux sons du langage n smbleu'on ai hésité alors enre ce terme et celui d phonologie » qu'on ai lmnt écaré ce dier : on aignait,dit-on, qu'il t comps comme la scince du meue »phoos désignant n grec la mise à mort violne. Ce mot atoufois éé relancé il y a une e dannées, aujoud'hui, ls dux trms, phoniu et phonologie ont cour, ne sont pas mployés indiérmmnt sans toutfoisque tout le monde tombe d'accord sur le domaine especfes dux disciplins. On pourrait pésentr l phonologiecomme une façon d'envisag la phonique : ce serait laphonéiqu traiée ds poins de vue fonctionnel et sru, cux qui son convaincus de la nécssité d'tudie lesfas linguisiqus de cs dux poins de vue esmnt qu

    toue phonéque doit êe phonologque dans son pncipeSi une disncon doi êre mainnue enre ls deux disciplines, on que la phonéique éudie les son sans se soucir de la langu à laqule ils apprtienen,

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    45/260

    LA PHOOLO 4

    tandis que la phonologie les considère en fonctio ecee angue.

    Le n e a ntio ene phonq e phonologie résulte, e fait e cironstane hisrque :la phonologie a éé, en quelque sorte, lancée, oe olnce aujourd'hu un prodit d le commre, ver a fes vingt, par e lnguste plus oue e rquerl'originlité d leur façons de voir que e intégrer anle cadre e la recerhe traitionnelle. T en es ésulé e

    heurts e onits e prises e position passonnée quse sont cristlisées autou e ce eux terme. Aujour'hui les noueaux point e vue e on impoé à touceux pour qui ltude u langge humain est une cenceauonome ; a phonologie nest plu quu apie e anouvelle stique fonctionnelle e true a lne faut pas oublier quelle est à origine u ouveequ a renouvelé la cience u langage.

    Un exemple, emprunté au ans, fera mpe,je 'espère a iérence entre la pratque e lancenhonétique celle e la phonologie ontempan pourdécrire le voyeles u ançi parlé, le phonéicen eréférit, en générl à la grape : l t, pa exemple,des voyelles correspondant au a e l'orthographe, quie àconstter, en f étude que la voylle e me notéer e apprtient en fat a mêmes tes et que elle hat quon écrit à lae e la lettr a ppartet à utre te. Prmi le a le pontiien estimait ondevoir e eeer toute les nces quue oue taînéelu peettai e pecevoir. Un phonéticie ben eercépouvat eleer es nce entre le a e tou e motsivant patte ae ame ar ae rae et comnt à ce que pourrit ensr l'usaer moye l n'inentai

    rin : tous cs a ont eectivement physiquement istinctsCependnt il lui fllit en f de compte égager quelqueste cest-àre fire abstraction e erane e rencs qil ai relevées. Pour ce fir il navait, comme

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    46/260

    44 LIGSTQ SCHROIQ

    guide, que son bon ens. Le bon sens e, à ce qu'on préend, r égalemen éari ; maleureuseen, ses idi-cains ne cïciden as ujours d'une esne à u, e andis qu'un honéice uva en ançeux es d a un aue n voya quae e el au s

    En ace du mêe obe, e honolgue s dedequees son les fces susibles, à eles sules, dedisguer un mo d'un aue. S'il rlèv un ceen e a de patte, d pat e pin, e celu de pâte

    d pâte à oe, en e e at d cse celui de as d as arée u apar ece e on pas les sons voisins qui s rsnsables decee dce puisque ces sns son les mêes dans pattee pâte d at e as. a dsincin ene patte e pâteat e as rese bien su la a dn celu qui pare aricea voyee phonologue se l'sence de deux uniéngsqes dsnces, les hnes a e /0/, e il

    qe a ene l'un l'aur es perinte. Aun, les dérences qu eu ercevoi ene le ad patte e celu de sn dermnés a e conee non pernenes

    es poncies à l'ciene mde, lorsqu'ls n'ar-vaen as à se mte d'accord, s'accusaen mueemende inréer les s. Is cryaen que os e Fnais ns, Méridionaux à par, rnonçien lelangue d on idenque L'appicaion u rinipe deperinence, qui prme de ass es ais de obj-ive, a révéé qe les usages ças varien en usqu'on ne se e : il des Priie qui disinguenene patte e pte d'ares qui n'en on en Pa cuxqui dsigen nre deux hnes a e 0, il n' apas accor d 'empoi qi es a de cacn d'e :

    les prnoncen e d âge tede avec le a de pâteles aus avec celui de patte ; our beaucoup, sabe rimeavec câbe mais non avec tab ; pour d'aus, es tabqui rie avec câbe e c'es sae qu rese à p eri

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    47/260

    LA PHOOLOG 4

    que ce qu juste l'apparentement des deux phonèmesaI et I, ce n'est pas l'orthographe, mas le fait que ceux-àmêmes, parm les Franças, qui s distnguent, iventsouent fare abstan de cete ce pou cmprendeautrui.

    Le prncpe de pertnece os p istingue ceq, dans caque lague ou chaque usage, es essenieparce que dstnctf, e ce qui est contngen, c'es-à-dirdétené par le contee u iveses ciconstaces Ce qui

    est essntl et ce qui est coningent vae bucoup d'unelague à une atre. En anças, le déut de ko et celui decoure s'arclent de façon très dérente, le premer versl'aan de la bouche cntre le alais dur, le second vers'arère contre le vle du palas. Mais, ds oe lague,le chox de l'une ou l'aue aiculation est automatiquenté pa l voyelle qui suit ; il 'y a donc e ançaisu'un seul phonème Ik don l'artculation s'acmmode

    au cne. toutefos, ne u pas pour oues leslangues ; en esqumau, pa xempe, n peu enedrele [] de coure deant et le [] de ko devan ou Selce quls veulent dre, les Esquimau chosiron l'un ul'autre. Il y a dnc, e esqumau, deu phonèes là ùs Franças n'e connassen qu'un.

    A l'nverse, les Français dstnguent sans dclté ene t d ; une touce n'est pas une uhe un carto n'est pasn cardo Mais on trouve des counautés lngustques,n Pynée, chz les Idens d'Amérqe et alers où,dans un mme mot, n prononcera ndérmment t u dseln le contexte ou l'humeur du mment. Il n'y a doncqu'un seul phnèe correspondant au t et u d du anças.

    Il e faudrait pas qu'une descrpto phonologiquees nécessairement moins complète et mons dée qu'un

    scriptio phonétique à l'ancenne mode. La phonologne vise pas à faire, parm les phonques, un choixclusf encoe que fonctioelle justé. Ele tenà dégager tous les fats, mas en les héarhisant selon l

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    48/260

    LIGISTI SCHROI

    fonction d la lange de telle façon que le l ne

    s'impose jamis a dns de l'essentiel. Tous les raisphoiqs q'on peut relver d un éoncé ont une jstication et svent ne foncion précise, mas cee oninne s'exrce pas tojors sur le me lan. En rançais,on perçoit assez souvent une « aspiration c'est-à-ire unson aalogue à celi qi s'entend à l'nitiale de lanas haet de l'lled Ha. M cee asration d je eh par exempe a une vleur expressive ; elle nest pas

    un coposant obigatoire du mot où ele appat. C'estorqoi les Fraçais prononcent assez bien un h surcode is l'oblient volotiers louils parlentangls ou ale, arce q'ils ne le sentnt pas coeessentiel por l'intité du mot. En ançis h n'est pasun phonème coe il l'est d ces langues un procdéeressif.

    La même hique eut navoir acne foncion

    d craines langes et, ailers, ds fonions qi vaentde lgue à lange. Lorsuon tosse la grge se fermeuis, sos la pression de l'air des poumons une explosionse proit. Cee feete et cete elosin n'ont jaaisaucne fonion linguistique en ançais. Elles y restentdes réliés prement hysioogiques. En arabe au contire,il s'agt là d'un honèe tout coe t ou /k. En danois

    cee eetre de la gorge s'empoie come une sorte'aet dont la présence ou l'absence pet ar eeplede iinguer « l'esprit qi le compore de « le soue qi l'iore. E alled, suout dans lenord du pa on raise automatiement ne petie touxdevant tote voylle au début du mot, ce qui conibue àIieux séparer les fmots de l'énoncé. Comme on leoit une me réalité physilgiqe et ê Iise à coni

    uton à des tout à fait viés selon les lagues.La perinence peet de compter le nombre de phonèesdistincts dans lgue ou lsage considéé et de ce itel fode su des aes soldes statstu que.

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    49/260

    PHOOLOGI 47

    Elle peet égaIent de compte le nombe de phone

    successifs dnt s compose n mot donné. On aconte que,vrs la d siècle deer l'abbé Rousselot pofeee phonéue a Collège de Fance eçut la isite dnEspaol ft cltivé à qu il deda comben de onsccessis comportait à on avis le mot mcho[mo]. « Qat déclar le isite. « ditRousse1ot « vous pnez tS] pou n eul on écoutezce roulea de cire que je ous fai passer à l'enve. Ce mot

    vou l'entendez otum] où ou ne povez nie qil ya cinq sees successis distincts mpressionné pa laméaniue et l'autorité du profeser, le visiteu ne utro qe No avons aujoud'hui que d point devue linguisique celi qui no intresse en la matièec'est l'Espagnol qui ait raison : n Espagnol ne auaitrononce [8] an le fire pécéde de [t] ; t] eprésentu li n coix uniqe ; il ne saait dise de mcho

    [muto] n ot mu] pisq'il ne sait omment aticle ] ente dex oyelle. La phonologie nous eneigne'ne chose et la éaié physique et quautre chse estla r eprésentée pa les habitdes linguistiqes propeà chaqe communat. Décrire ne langue ce n'et panumére to le physique qi ont p frappe'oue de l'obsete bien dégage l peinencerpre à la langue obevée.

    La honologie peis po la peièe foi danistoi de a lingisiqe de cmprendre le fnctionnment dne lange tou le plan. Len aentife ce fonctonneent élé à on to comment et po-oi le lane a co d temps pouqole changent non eulement d le ocab queroveent le besins variabls de l'hmanité égaIe-

    met d leu foe ocale. On oit pa emp poui la distinion ente b b est en t de dipare dan l fançai contmporain pourqoi elle dtte et pâte ped contaet d t poqo

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    50/260

    LA LNGUSQUE SYNONQUE

    aon générae, une langue deient éconnaissable au bout

    de queques siècls. Depuis pluieurs décnnies, n cnstateque beaucoup de Pariiens apaenant à toutes les classesde a société, rononcent de la e aon le no empreted a s so emprete et a re verbae emprted at qe j'emprte 'arget Il aut provincialpour aire une nee nce Cee diérence consiste enune projection en avant et un arronisseent des lèrspour la voyelle que 'ohographe note projecion t

    aondisent qui n'exnt pas pour a voyele écrite Or, c'est à, à eu près, la fence qu'on elève entre lavoyelle de bod et celle de bac Coent se ait-il ules Pariiens préserent a diérence entre a poussée dslèvres en avt leu réaction dans e e o et de et a néglignt dans ceui de et de ? Il y a toutes ancspour que ceci soit largent déteiné par e ait ue ladistinction entre et a, en raçais, une nction beau

    cou oins esentielle que cele qu'on constate our oet a On copte ar centaines es paires de ots coeto et tmps o et t bod et bac et éù seule la diérenc entre et peet de distinguerentre des énoncés par aileurs idntique : i n'est as indiérent qu'une dae ait es cheveux bo ou les ceveuxbacs M i aut chercer ongeps avant de trouverdes paires coe br et br emprete empte od'ailleurs les deux ots rapprocés apartiennent à dscatégores mces diérents et, de ce ait, ne gurent qu'exceptionnelleent dans des contees identiques.Coe ur des vyelles ariculées avec la ouhe aussigrane uverte que ns vyeles nasales actueles, a ojeci 'arrndiseent des èvres ne sont as acilesà bien éalisr, n les a ur et ils n'aient

    pas grande iporance On es a conservés our o et parce que orsqu'un Fnais ait l la distincon entrebod et bac par eple, ses interocuteurs, ui nesavent as e que tee s'ai lui dedent de rééte

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    51/260

    LA PHOOLOG 49

    ce uil fait en eorçant plu ou moin inconciment de bien arrondir le lèvre pour

    bdde bien le rétracer

     pour b.Dans le d deux a de patte et pte l Pasien, qui

     radtionellement disinguaient le plu ntemen du mondeene ce deux voyelle, ont en de incliner dvantncapacié de baucoup de pronciaux à  faire ce distincion, ou loru'il la font, à la réalier de telle façon uele Parisien la perçoivent Le Méridionax, aufoi,

     parlaien la lange doc, où on ne disingue pa enre deuxon a. En appenant la langue de Par, il ont ééen en peine de disingur ene patte et pte tae ette à et l. Comme il faut bien e comprendre entreFrançai de toute orine, ceran mot ont éviésd le conxe où il étaint ambig, et c't an doutece ui explque que le mot te ait éé générlmn remlacé par der Ue ou largoique bt et que le

    Françai ne e dnt plu guère l  mai guésCependant, la conrbuion la plu fondamentale de  ponologie à la recerce contemporaine et le principe même de pernence Ce principe, imlicie dan lorgansion d cncs de la ntre, devat êe elcié aantde devenir le prinipe drecteur de toute acivié dirigéer lexploraon cienue du comportemen de lommee d le domain de on du langage u c explcaion a éé ou dabord accomplie Cet à la ponologieque l'on doit l tion fondamenale que la premiedémarce de tote recerce cinque e lidenticationde on objet : rin de érieux ne peut  tenté avant ue cercurs e oint m daccord ur ce ui st idenique et ce i e dérent Or, il et umanement imposible didenr un oj quelconqu en en don t une

    dcription exauive l y aura néceairement oix de a part du decipeur, c le nombre de détail e iSi ce coix et laié à larb du decripteur, il est clairqu deux peroe pourront donner du mme objet une

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    52/260

    LA LIGUISTIQU SCOIQU

    esciptin nte, ce qui epêcera radicaeent ienticatin Une scence u un bjet e recerche ne peut donc cpeent identé que par e pint de vue hosqui nde a pertinnce

    I

    CLSSIFIATION ET IÉRCHISATION

    DES FAITS PHONIQUS )

    A a base e a pensée ponoique se retrouve unprinipe que navat jaais déaé ancienne pnétueCest ceu un déne en d du tere de Re(en anas ele) et qui est, en ranais, e pnipee pernence Pari es caractéitues e toute untépnique, i en est que e lnuite retient, ui sont, s nveut, pertinentes ; dautres sont écartées ce nn pertinentes Snt perinentes tutes es caractérsues poniques qui nt une nctin dntive ans a lanue enquestin Prenns un exepe tut sn du anae a unedurée qu peut êre objet e esures au oyen dinsruents Si e prnnce e t h 2), e pnétien,râce à ses appares, purra esurer e teps pendanteque ibrent les cres vcaes, teps que on peut iden

    tier avec a urée u sn u] Si anenant, en parantrapieent, je pononce dans une prase e êe oth e résutat des esures rsue rt, cete ois, dêreassez iérent, et en ira de êe si jhéste sur e th parce que, par exepe, e e eande si et roue,isé u e Bruxees Ces e durée ninéressentpas e inuiste, parce queles ne ettent pas en pérl

    Ce te 'nsre 'ne ofrene fte e 98 à Ins engqe e 'Unves e Pas ; f CLUP 6 p 58.

    2 Ce q e esos e a pnonaton anase ne vaqe o 'sage s qen à Pas es otes q avaenae ge e à 'qe e eone e monae

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    53/260

    PHOOLOŒ

    l'identté du mo en question ; i e consde oe nonptinentes

    (eet) .Et coe en de me de

    ous s [u] à a e ds mots fançais, on dia qu auoins en ctte osition, a duée es non etinente ou er] du nçais

    Si maintt je ononce es mots se, a de vaeu absoe du [] oua se vée assez vble a apidité de 'locution ; d des onditionsiqes, c'est-à-die, xempe, o une atication

    mêe de de [s] de [m, a voyele de sème seas ps cot q a voylle cosonante duope samet C qi st constant ci, e n's as ad en veu absole de chcun des deu [], l'xistence 'ne ce de duée ene 'un et 'aue.e dce n'est n aucun façon sous a dendancede l'envinnement honqe La bveé de a voye deset a ongueu de celle de same ont ue fonctio

    dns a gue qi est d'empe cofuson 'un motvec 'aue. Le phonoogue s'intéessea au emie ef,on pas eactmnt ax diences de duée, à 'ootion céée a eu ésence constante, ene un [] bef n [] ong. La ongueu se c considéée oeptinnte.

    Pns un toisie cas. Un onien, qu entendponnc s mots bouhe et boe n'a me as bson ss appeils ou décee que a voyee du mie est aticue de façon s bève que ele du econdt : i dia put-e que e u] de bouhe est cou, ci de boe est ong Et en f, ou une tesseloction donée, a voye de bouhe d uousins qe clle de boe. Le ngste onside de nouveau lge de voyele comme non etinente : en f,

    que que a voyle nçaise u], osqu'ee eve suie de [!, se pononce toous de façon uve que osqu'ele cède [] Pononce une ongues e ie , u bève ds e second, seait absou

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    54/260

    2 LA LIGSTI SCHROI

    ent contrir aux hbitdes phoniques du fanis. La

    drée de la voyelle est donc détinée pr son enironneent phonu ; les sujts ne sont ps bres d'eoyerdns un l'ue ou 'utr quntié Coe il en deêe pour toute autre oston, l'opposition de u] onget de u bref n'est don ourvu en frnçis dunefonction diéenciative, i'ee n'est jis susntepor istingue dux ots.

    Il ft ben rerer e i est ernent d sytèe lnguistiqe onné et o en ne êtredn un ure : en frç, d e e [, oge ne eur disnctive, pe s sèmt et s s'amtb et MI, mètr t maîtr ne sont p e oonyes.En russe, le de vra est rononé pus ong ue ei de

    krst is la longueu n' ps de veur te ue,dans c langue, l rée e voyele est toujors sos ladépendnce du ontee phonique

    Nous venons de voir e s e s u] frnçis,a longueu n surit ntéreer le ingute. Cei-i isinger u contrire, gneuent dns e systèe dnoisentre un u] long et u] bre r seule a quntité e loyee peret de ne s oonre les deux ots ket kd (phonoogieent /kü/ t /ku/). Los êue le ponétiien ternerit une prte identité deibre et de longuer enre e u] de b et ceui de kd'une pr, celui de bch et celui d k d'autre pt,e lingte n surit étbir e êe rproeent, caes deux ] es ot dnos aprennent à deux unitésonoogiqus diéretes, tndis que ceux des ots rn

    çis sont ponoogiqueent ienties, le nguiste ferntoontireent ls yeux sur eur diérene.Dns tous les cs ssés en revu jusqu'ici, cra

    ristue dont on se dendt si ee éit pertinente ou nn,

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    55/260

    LA PHOOLOI 53

    a été la longueur des voyelles. Mais il doit être bien entendu

    que d'autres caractéristiques, telles la sonorité, la ouilure,a nasalité, etc., peuvent, selon que dans la langue consiéréeeles s'opposent ou non, respetiveent, à l'absence desonorité, à la nonouilure, à l'articuation pueent ole,êre onsidérées coe pertinentes ou non pertinentes.

    L'appitin du principe de pertinene au atéelonique d'une langue peet de dégage u nobredéni d'unités fonctionnelles ente lesqueles les sujets

    parlants ont le coix pour foe des ots ou des éléentsorologiques distints Ces unités fontionneles ontreçu le no de pho

    " "

    La ponologie est parfois dénie coe l'étude ou lasiene des ponèes. Cete dénition soaire est inet

    Tout d'abord, coe nous le verrons tou à l'eure, lestraits poniques pertinents peuvent caaéiser, outre leponèes, les groupes de pones appelés syllabesEnsuite, elle pourrt laisser croire qu les phonologuesse désintéressent absoluent de tout e qui, dans leslangues étudiées, n'est pas pernent. Il n'est pas dicile decrendre pourquoi la ponologie et au preir plan dees préoccupations, pai les diérenes poniues, cellesqi sont susceptibles de distinguer entre les ots ou lesfoes mtiales, c'est-à-dire celes ue nous avonsdésignées coe pertinentes. Mais préiséent parce quele ponologue doit cherher à déteriner, pari la ultitude des éalisations phoniques diérentes, elles qu'iloit rappoche pour les considérer oe les variantes'un seul et êe pone, son attention est attirée sur

    a fore de ces variantes. L'eistence d'un soud ns leot françis pepe ne devra pas écapper au ponologue,et ce n'est que par une observation attentive des faits qu'ilourra nclue que l'aben e da e 'e

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    56/260

    54 LINGSTIQ SYNONIQ

    une caracstiqu prtint, t qu'i a, n conséqunc,

    à

    un vaiant du phoèm Il.Le point de vue foncionn qui avit dtrminé la isincion n phonèms viants, a éé appliqué à'étude ds ls-ms Ls causs qui dtminnt s réalisations diérns dun mêm phonèm sotssz dierss. C'st l cont phoniqu qui st l plussount rsponsab ds dos qu'on rmau sla fore d bin ds phonèms Das c cas, la ntu d la

    réalisation ne suit aoir aucun vaur d'indicatio ;ll est comlnt dé p a   mê langu, t échapp à 'atnton d 'usgr, sinon à clldu phonéin : cst e cas s éisations sous dans ds mots comm pp â soe. Mais losut ou t Frçais rélis onsammnt l ponèm ren sant brr a point d a langu t non ac osde ct organe ou a u, ation n'étant null

    nt dminé par la   du systèe, ell put avoirn vlur dindication qut à l'âg ou 'oigin d aprsonn qui pal ; par voi d conséunc ll poura,d avoir u nunc su la façon dont'auitur réagira à un comuition ci sa ncoplus n plus équnt si conmnt à c qui s pssgénéralnt d l cas d r l sujt n qustion coisitvolontmnt un réalisatin au liu d'un aut ; sipar xmp, pour donnr à son pl un cacht d vaiou d fauss distincion il agèr ouvture d ss è dans a phrase ee est tès e Si e sujt parantprononc e ot e av un r long et fort, l'auitune pourra manqur de réi autrmnt qu s'il vaientndu d ce mot un réston noe e a prmièconson. Aucun ds réaistions qu nous vnos éu

    érr n't prinnt au ss çu d c t, mis il stdent que s d'nt lls conibunt à nuace onten de a cmmuniation La phonoogi qui aec par isor e phons, a porsuiv l classmnt

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    57/260

    L PNLG 55

    et la hérarchsaon des éléents phonques en dstnguantee des

    arates torqu, déernées par la na

    êe de la agu, n'ont pas de valeur d'ndcan, desaats due qu peuvent évenuellen donnerdes indcaons su la personne qu parle, ne sont pas,cez elle, le réslt d'n cox, des art s qurésulen d'un cox plus ou ons consent du sujet pale qu cornet les varanes éoelles q oneque ojurs ue rès ne valeur d'on.

    D dnc que la phoologe s'opose à la poéque en qu'elle ne s'occue que des oèes es eact : aucundes déals de l lague udée ne dt écer au phonologue ; s celu-c s'aae à ben rquer, das caque cas,quelle es la vleur dans la lngue de tel ou tel fat onque,e s tel ou el e ne sa préendre au re de poèe,l ouve néanons sa lace d la clsscon ponologque elon le rôle qu lu est dévolu ds le sysèe.

    Ce souc de asser et de hser les fas onquesseln l focon se e non seule ds le doedes vanes, as égleet ds cel de s oqueslgusqueent plus défs. E e, l y a d'uesfcons ponologques que la fonc dsve : ela que caracésera en rore el ou el èe ;ee aure caésque ourra se eser avec urelef rculer das u cern pe s son ôleera de e en valeur la syllbe où ele aparî parcrse avec les aures syllbes du . E ançs,r eele, la nasalé caracése un oèe par oppon à un aue le onosyllabe met se rononce avec lele du als abssé du coencee à la , lalé cacérse en pror chacun des deux ponèesI et à qu'e déalant so l'u, sot l'ure on

    les s s b e mât L soré ne caracse les voyelles en frças puqu'l 'exse pas deèes vocalques sourds, as, dans une e syllabe, lae de la snoré n'est pas phonogqueen dé

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    58/260

    LA LINGUISTIQUE SYNCRONIQUE

    rente, coe avec a ale onoe, et de gotteoù c'e l'nitale qui 'ricule aec de bro de laoe. Au conie, l'itenité, dn le lge o eeet etible d'une utiition linguitiqe, ne cartiepa tele ou telle parie de l yllabe, a ylbe toutenière : dn le dex ore eaoe amo « j'm »et « il », lineié qi cartéie le a du preierot et éident peiee, e ne it de e aun hoe autre qe e d econd ot. Por e

    ce i en vleu, le phoologe da qe ce n'et lehonème I qi reçoit l'et, le noyu ot(o uo yllbiqe) de preière be l t otrque ce noyau onant ne e coond p éeemt ecla voyelle qi oe le omt de a cobe diDe l'éde de l'accenttion dn le dive ge, eo qe l'o doit oet onidée oe oylbique de diphtonge roreent die, ce-à-de

    de goue de deux voyele, o encoe de ovoyee onant

    C'et en en rpprochnt de ot i, omebac mât coe gotte qu'on dégge le honèe nelnge. O tilie égleet de yntge come sèmet samet Mi il t 'btenir de ohrde eent d'éoné o le oière ee e o neoïnident pa et o, en onqece, l tiion edeux egment et aé r de e d poition fnte. Le dex e d diqe imbien connu

    Ga mat a Ree aa tour eGaamme e arèe à a Tour e à Nmes

    e diingent, on r leu phonèe, qi ont identque,ai ar l le diérente de éger t d'aêt é de blnc d l tcrition ivante :

    19 adlrn la im19aaâ dlèn ala a

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    59/260

    L PONOLOGIE 57

    Ces pauses von en néral de pai vec un mis en vare l syllab prépusle rsulan d'une riculion luserme ou d'une légère monée de la courbe méiqueMais les phonèms e-mêe e en emmenlon qu'ils précède diemen ou u'il uivenune use : le II e 19a am 1 es e syabe pysiquemn rè diéren du I de Igalam 1 qu es à'e de l syllabe 1 la I Cci srai encore plus nes l'on opposai un segmen I a avc un [ implosi,à vec u [ elsi Si l'on rapprochi 9 de 1 san nir compe de ues, onpourrai re en de voir dans le [ du premier e le[ du seond du phonms iéren don direncepemt de disinguer ls ux énoncé Mai il e que c bouiai à mliplir le nombre d phonèes à compliquer inuilmen l résenion du sysèmeponoogique pusque oue ces fce se rmènen

    en ai u phénomène unue de l pue n , danune ranscpion de ne le use r un espce oup quelque ure igne ou ovoi e ire absraciond l'analyse

    Dans conees, l puse peu n'e réaiséequexcepionnelmen e cependn se r du aie l'ariculaion parulière des phonèms qu l'noren smbe que crain Frnis disinguen nr tteor e tt ore non seulemen du i d la nasali s'opposan à l'orlié de I aussi u ai ueans tte ora le second I se raache dans la prononaion pluô u IiI qui précède qu'au 1=1 qui sui Ona donc �i =z en ace de [pi aZ] sans que lslanc e la ansion corresponden rélmen à depauses On peu parer d ce cas pause virule ou

    n ulisan la rminologie américaine reéan une opiqueun peu iérne e « joncure ) Ls pauss quelles soinrélles ou uelles son à aier e la me çon siurs ee sur le conee son le ms

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    60/260

    8 LA LNGUSTUE SYNCHRONUE

    Coe les pauses virtuelles se renontrent le us gn

    ralent au ontières de ce quon appele les ots, etque c'et à l'intéeur de ces ontières qu'on dgage leshonèes, on a pu intituer « phonologie du ot » l'eaendes phonèes, des tons (disin) et de l'acent ds laesure où sa pae araie le ot (ep. amoam)ans une « phonologie de la phre », on a pu rnger l'eaen de la façon dont, dns certaines langues, on peuthanger la veur e l'non en acentuant plus foeent

    tel ot ou tel autre : on sait que la phrae angaie e lovsJoan cne de en selon quon aeue davantage e ouJoan He loves JOA se taduira en français par « n aieJeanne », ou encre « C'est Jeanne qu'il ie ». u contraire lovs Joan signiera que c'et lui et non telle ou teleautre personne entionne prdeent qui aie Jeane.Repaçons antennt e par Regna et Joan par Belnet prononçons de nouveau le deu hres prdeesCe qui, objeiveent, sera accenu fort dans lereier ca sera la sylabe ln et dan e seon as aylabe Reg i il est ent que ces deu ylabes neont pa aetues en tant que sylabes s'oosant à'autre syabe, i en quai de soet itene t coraant ave u autre oet inee. n d'autreere, e unis en caue ne ont a ln et Reg ais

    luni Bnda et luni Rgnald da le are e larase.an a re « l rt eai », i ut que a voix

    ève sur la eère syabe u ot man 'et-à-ireeeieleet ur la voyele fëf ur que une aion,a re eiene une inerrogain. n et videt que eaeet d'intoation ne rarie fë   en ant queèe uier ni e at que noyau voa de la

    abe man ni êe en nt que r ye de eière yabe du ot demn ais bien en qu deeier en aeuable de la roito. n voit,par et eele, qu'on pourrait diinguer entre une

  • 8/20/2019 André Martinet-La linguistique synchronique.pdf

    61/260

    LA PHOOLOGE 9

    phonologie de la phrase où